Pédagogie Universitaire, qualité de l'enseignement supérieur

Comment évaluer la partie « enseignement » du métier d’enseignant-chercheur. Pistes de réflexion

L’évaluation institutionnelle et individuelle de l’enseignement est quelque chose d’extrêmement délicat et complexe. De nombreux chercheurs se sont penchés sur la question, notamment Peter Seldin, Huguette Bernard, Marc Romainville, Mallory Schaub, Marianne Frenay et Pascale Wouters (qui a réalisé sa thèse sur les dossiers d’enseignement). Dans cet article, j’ai souhaité partir du terrain: comment évalue t-on la partie « enseignement » du métier d’enseignant-chercheur en dehors de nos frontières? Dans quelle mesure ce qui se fait ailleurs est applicable à notre contexte universitaire français?

 


QUELQUES QUESTIONS A SE POSER (et plein d’autres ICI)


Avant d’évaluer la partie « enseignement » du métier d’enseignant-chercheur, il faut déjà commencer par se poser quelques questions (Bernard, 2011) :
– Quel est ou quels sont les objectifs visés par l’évaluation de l’enseignement ? S’agit-il d’une évaluation institutionnelle qui vise uniquement la permanence et la promotion de l’enseignant ? S’agit-il aussi d’une évaluation formative qui vise l’amélioration individuelle de la pratique d’enseignement et in fine la qualité de la formation proposée aux étudiants ?
– Les universités mettent-elles à la disposition des enseignants des ressources pour les accompagner dans leur développement pédagogique ?

 


TROIS SOURCES D’INFORMATION


Pour évaluer l’enseignement il faut recueillir des informations auprès de trois sources principales (Bernard, 2011, p.51) : 1) les étudiants; 2) les pairs ou un comité de pairs; et 3) l’enseignant lui-même. Le Dossier d’Enseignement (DE) est un dossier dans lequel l’enseignant collecte des informations sur sa pratique d’enseignement, en mobilisant deux ou trois de ces sources, en vue d’une évaluation de celle-ci par une instance supérieure.

 


QU’EST CE QUE LE DOSSIER D’ENSEIGNEMENT ?


Dans le but de valoriser l’enseignement à l’université, de nombreuses universités en dehors de nos frontières, ont déjà mis en place le dossier d’enseignement, que l’on nomme aussi « dossier de valorisation pédagogique », « teaching portfolio » ou « portfolio d’enseignement ». Je connais bien ce type de dossier parce que j’ai mené une recherche sur ce sujet il y a quelques années à l’université de Lausanne, et je l’utilise aujourd’hui (d’une autre manière) pour favoriser le développement des compétences d’enseignement chez les doctorants. Il s’agit d’un dossier d’une dizaine de page qui est demandé aux enseignants tous les 4 ou 5 ans. Le dossier d’enseignement est « une collection structurée et organisée d’éléments choisis par l’enseignant. Au-delà d’éléments consignés dans un dossier et uniquement juxtaposés, le portfolio permet à l’enseignant de décrire, d’évaluer, de critiquer ses pratiques pédagogiques en vue de démontrer les compétences pédagogiques acquises » (Wouters & Frenay, 2008, p. 4). L’objectif du DE est double: 1) évaluation institutionnelle de la pratique d’enseignement afin de renouveler ou non l’enseignant dans ses fonctions; 2) évaluation formative: faire réfléchir l’enseignant sur sa pratique en vue de l’améliorer. Des ressources (conseiller pédagogique, documents, formations) sont mises à la disposition des enseignants pour les aider dans l’élaboration de leur DE. Voici quelques modèles de DE tels qu’ils sont demandés aux enseignants dans quatre universités :
Le DE de l’université de Lausanne
Le DE de l’université de Bruxelles
Le DE de l’université d’Harvard
Le DE de l’université de McGill
– D’autres exemples de DE sont consultables sur le site de Nadine Postiaux

 


ELEMENTS D’EVALUATION ENVISAGEABLES


Dans cette partie, je m’appuie sur l’ouvrage d’Huguette Bernard (2011) et sur les éléments d’évaluation demandés dans les DE des universités pré-citées. J’attire votre attention sur le fait que chaque élément d’évaluation que je vais présenter ici, nécessite à lui seul une réflexion sur 1) sa pertinence et 2) sa mise en oeuvre. Il convient de choisir les éléments d’évaluation les plus adaptés à notre contexte universitaire : de quels éléments d’évaluation pourraient se composer le DE français ?

 

1) L’Evaluation des Enseignements par les Etudiants (EEE)

– Les résultats des questionnaires d’évaluation des enseignements, avec une prise en compte de l’évolution des résultats sur plusieurs années.
Exemple de questionnaire d’évaluation des enseignements (utilisé à l’université de Lausanne): ICI

Exemple de questionnaire d’évaluation des enseignements (utilisé à l’université de Genève): ICI

– Les résultats des questionnaires d’évaluation de la direction de mémoires/thèses.
Exemple de questionnaire d’évaluation concernant la direction de mémoire et thèse (Bernard, 2011) : ICI

 

2) L’évaluation des enseignements par des pairs ou un comité de pairs

– Une analyse par les pairs ou le comité de pairs du syllabus
– Une analyse du matériel d’enseignement et d’apprentissage : polycopiés, diaporama, site web, exercices, étude de cas etc.
– Une analyse du matériel d’évaluation des apprentissages: examens, contrôles continus, consignes, critères d’évaluation etc.
– Un rapport d’observation de séances d’enseignement

Exemple de questionnaires pour les pairs ou comité de pairs (Bernard, 2011) : ICI

 

3) Auto-évaluation et analyse réflexive de l’enseignant sur sa pratique

Eléments de description de sa pratique d’enseignement
—> Liste des enseignements
—> Supports de cours utilisés : dont le syllabus
—> Supports d’apprentissage : exercices, étude de cas, projets, etc.
—> Supports d’évaluation des apprentissages: consignes, examens, critères d’évaluation etc.
—> Activités d’encadrement/participation à des jurys
—> Responsabilités pédagogiques
—> Activités pédagogiques hors cours : tutorat, simulation d’examen, cours d’été, etc.
—> Résultats aux examens

Eléments de réflexion sur sa pratique d’enseignement
—> Conception/perception/vision de l’enseignement et de l’apprentissage
—> Réflexion sur sa pratique et les moyens mis en oeuvre pour l’améliorer
—> Activités d’enseignement ou projets futurs envisagés

Participation à des activités de développement professionnel
—> Participation des formations pédagogiques
—> Participation à des colloques ou congrès de pédagogie universitaire
—> Lectures personnelles sur la pédagogie

Eléments de partage et de diffusion de pratiques
—> Participation à des recherches en pédagogie universitaire
—> Publications dans des revues de pédagogie
—> Communications à des colloques ou congrès de pédagogie universitaire
—> Partage d’expériences

Réputation pédagogique
—> Sollicitation extérieure pour ses qualités d’enseignant
—> Lettres d’appréciation de la part de collègues, directeur du département ou autres.
—> Prix et distinctions pédagogiques obtenus

 


BIBLIOGRAPHIE POUR ALLER PLUS LOIN


– Bernard, H. (2011). Comment évaluer, améliorer, valoriser l’enseignement supérieur? Bruxelles: De Boeck.
– Paquay, L., Wouters, P., Van Nieuwenhoven,C. (2010). L’évaluation, levier de développement professionnel ? Tensions, dispositifs, perspectives nouvelles. Bruxelles: De Boeck.
– Romainville, M., Coggi, C. (2009). L’évaluation de l’enseignement par les étudiants. Bruxelles: De Boeck.
– Seldin, P., Miller, J. E., Seldin, C. A., McKeachie, W. The Teaching Portfolio: A Practical Guide to Improved Performance and Promotion/Tenure Decisions. San Francisco, CA: John Wiley & Sons, Inc.
– Van Note Chism, N. (2007). Peer review of teaching. A sourcebook. Bolton : Anker publishing.

 

Evaluation des enseignementsDessin issu de mon site La thèse nuit gravement à la santé

2 réflexions au sujet de “Comment évaluer la partie « enseignement » du métier d’enseignant-chercheur. Pistes de réflexion”

  1. Article très intéressant tout comme cette réflexion.

    Un premier point tout de même, quand je me rappelle de la discussion que ‘a eue avec ma chef de labo il y a un peu plus de 9 ans en démarrant ma carrière d’enseignant chercheur, savez-vous quelle a été sa première remarque? « vous ne serez évalué que sur votre recherche ».
    Cette remarque, bien surprenante pour le jeune enseignant chercheur motivé de 28 ans que j’étais s’est bien confirmée par la suite.
    Les enseignants chercheurs investis dans leur enseignement, dans les tâches administratives et d’intérêt général sont ils reconnus à leur juste valeur? Non, par contre celui qui fait le minimum et qui se consacre à 100% à la recherche sera mis en avant ou reconnu par ses pères.
    Alors évaluer, c’est indispensable pour mettre en valeur le travail formidable des enseignants chercheurs qui, avec des moyens souvent dérisoires, vont user de leur temps et de leur investissement pour que les étudiants bénéficient de la formation la plus pertinente, la plus solide et la plus moderne possible.
    Mais cela fera-t-il pour autant changer les mentalités et la manière de considérer ceux qui privilégient l’enseignement?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s